Home 10 a la une 10 Le sénateur américain John McCain est mort

Le sénateur américain John McCain est mort

Share Button

L’ex-candidat républicain à la présidence est mort samedi. Héros de la guerre du Vietnam, populaire, il s’est aussi attiré l’hostilité des durs du camp républicain.

Le sénateur républicain de l’Arizona John McCain et ancien candidat à l’élection présidentielle américaine de 2008 est mort samedi 25 août dans l’Arizona à 16 h 28 heure locale. Il avait 81 ans.

Le sénateur, qui était atteint d’un cancer au cerveau, avait décidé de mettre fin à son traitement, avait annoncé sa famille vendredi. John McCain était soigné dans son Etat de l’Arizona, où ses amis et collègues défilaient depuis des mois pour faire leurs adieux, conscients que la fin était proche.

 Lire aussi sa nécrologie (abonnés) :   Le sénateur américain John McCain est mort

La fille du vétéran, Meghan McCain, a publié sur son compte Twitter un texteracontant qu’elle était restée aux côtés de son père jusqu’à la fin, « tout comme il était avec moi à mes débuts ».

John Sidney McCain III est né le 29 août 1936 sur la base militaire américaine de Coco Solo, dans la zone du canal de Panama alors sous contrôle américain. Il descend d’une famille de militaires, son père était amiral. Sa jeunesse est marquée par les changements d’affectation de son père, l’amenant à fréquenterde nombreuses écoles.

John McCain (d) avec son père John S. McCain, Jr. et son frère Joe (g) sur une photo non datée dans les années 1940.

Après le lycée, il entre en 1954 à l’académie navale d’Annapolis (Etat du Maryland) comme son père et son grand-père. Il en sort dans les dernières places en 1958 après une scolarité agitée. Pilote militaire, il est d’abord instructeur dans la Navy et effectue des missions en mer Méditerranée et dans l’Atlantique. En 1965, il épouse Carole Shepp, une ancienne mannequin.

Puis il est envoyé au Vietnam où il échappe à la mort lors d’un incendie, le 29 juillet 1967, sur le porte-avions USS Forrestal. Au cours de sa vingt-quatrième mission, son avion est abattu, le 26 octobre 1967, au-dessus de Hanoï. Il est fait prisonnier par les Nord-Vietnamiens. Torturé à plusieurs reprises, il n’est libéré qu’en 1973.

Photo prise le 26 octobre 1967 montrant le major John McCain (C) de l’US Navy sauvé dans le lac Truc Bach de Hanoï par plusieurs habitants de la capitale du Nord-Vietnam après que son avion de guerre ait été abattu.

Il est décoré à son retour du Vietnam par le président Nixon. En 1977, il est nommé officier de liaison de la Navy au Sénat américain. Il divorce de sa première femme en 1979 et épouse en 1980 Cindy Lou Hensley, riche héritière du distributeur de bière Hensley.

Il fait ses débuts en politique dans l’Arizona, au sein du Parti républicain. Il est élu à la Chambre des représentants en 1982. Puis, en 1986, il remporte l’un des sièges de sénateur de l’Etat. Il sera réélu en 1992, 1998, 2004 et 2010.

En 1993, avec un autre vétéran de la guerre du Vietnam, le sénateur démocrate John Kerry, il demande la réouverture des relations diplomatiques avec ce pays ? Ce sera chose faite deux ans plus tard. En 1999, il narre dans son autobiographie Faith of my Fathers (Random House, non traduit) ses années dans les geôles nord-vietnamiennes.

Campagne de calomnies

En 2000, McCain est candidat à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle. Mais rapidement George W. Bush s’impose, McCain étant victime d’une intense campagne de calomnies. Et Bush est élu à la présidence du pays. Au Sénat, McCain parvient à faire adopter avec le sénateur démocrate Russ Feingold en 2002 une réforme du financement des campagnes électorales. Il prouve à cette occasion, comme dans d’autres, qu’il fait passer l’intérêt général avant l’intérêt partisan. Ce qui lui vaut l’hostilité de certains républicains, notamment à droite.

Partisan de l’interventionnisme américain dans le monde, il soutient l’invasion de l’Irak en 2003 même s’il conteste la stratégie mise au point par le secrétaire à la défense, Donald Rumsfeld. Il avait d’ailleurs approuvé les bombardements de la Serbie pendant la guerre du Kosovo sous la présidence Clinton en 1999.

John McCain (c) s’adresse à ses partisans aux côtés de Sarah Palin (g) et de sa femme Cindy (d) pendant un discours le 4 novembre 2008 à Phoenix dans l’Arizona.

Lors de l’élection présidentielle de 2004, il soutient George W. Bush. Ce dernier est réélu pour un ultime mandat. Aussi en 2008, la voie est ouverte pour une deuxième candidature. Mais son âge – 71 ans – est un handicap face au candidat démocrate, Barack Obama, 48 ans. Il choisit la très droitière Sarah Palin, égérie du Tea Party, mouvement contestataire opposé à l’Etat fédéral, comme co-listière, mais est largement battu par Obama.

En 2016, pendant la campagne présidentielle, il exprime ses critiques envers le candidat républicain Donald Trump. Il deviendra l’un des républicains les plus critiques du nouveau président. Il dénonce notamment en novembre 2016 les propos ambigüs de Trump sur le recours à la torture.

Son intervention empêche, en juillet 2017, l’abrogation de l’Obamacare, la réforme du système de santé américain voulue par Obama.

Sur le plan personnel, la santé de McCain se détériore et il est traité à partir de juillet 2017 pour un cancer au cerveau très agressif.

Il publie en mai 2018 de nouvelles mémoires, The Restless Wave (Simon & Schuster, non traduit), qui concernent la période qui suit 2008, où il est toujours aussi critique envers Trump.

McCain laisse l’image d’un homme politique engagé, défendant l’intérêt général et ses convictions, y compris parfois contre son propre camp, ce qui lui a valu une forte popularité.

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

La presse centrafricaine décrypte le forum de Paris sur la paix

APA-Bangui (Centrafrique), Les journaux centrafricains de ce mercredi font ...

Centrafrique/Bambari : La population est toujours dans la tourmente

Selon une information qui vient de nous parvenir, la situation reste toujou...

Centrafrique : Deux espions journalistes français empêchés par les autorités de se rendre à Ndélé (Nord)

Ils s’appellent Edouard Dropsy et Philippe Abdelfaki deux journalistes fr...

%d blogueurs aiment cette page :