Home 10 a la une 10 Rupture, credo de la politique du président Faustin Archange Touadera, est-elle en phase de commencement ?

Rupture, credo de la politique du président Faustin Archange Touadera, est-elle en phase de commencement ?

Share Button

C’est une promesse de campagne et de gouvernance adressée aux centrafricains lors de ses déclarations politiques à l’égard de la nation. Le président centrafricain Touadera évoquait la rupture comme base stratégique de sa gouvernance quand il avait obtenu le suffrage le plus élevé de son peuple. Mais nous sommes restés sur notre faim de savoir les domaines de la vie publique sur lesquels cette rupture allait s’exercer.

Le citoyen lambda à première compréhension s’attendait à la rupture de ressources humaines et de pratique politique politicienne des années reculées ayant conduit la Centrafrique au bord du gouffre. En clair, l’opinion nationale pensait que le président Touadera allait écarter de sa gouvernance tous les anciens noms éternels ministres ou fonctionnaires de haut niveau pour les remplacer à la nouvelle génération et aux nouvelles compétences, ce qui visiblement n’a pas été le cas. Car, on note toujours la présence des vieux loups, comme on dit, sur la scène politique nationale. Ces derniers sont souvent l’objet de critiques sévères de la population centrafricaine du fait de leur passé et bilan entaché de plusieurs fautes ou erreurs. Hélas, en Afrique généralement, les vieux restent entre les vieux, les jeunes doivent se débrouiller eux-mêmes.

Aujourd’hui et pas plus que les jours récents, une nouvelle vient de tomber. Il s’agit du prochain départ à la retraite de plus de 850 soldats de l’armée centrafricaine dont leur prise en charge sera assurée par le gouvernement américain. C’est une nouvelle opportune et positive du moment où, ce pays entame la refondation profonde de son armée qui a été longtemps déliquescente et non républicaine pour servir l’intérêt et la défense nationale en raison de plusieurs maux connus de tous.

Beaucoup des soldats de cette armée méritent bien leur départ à la retraite légale (selon l’âge requis) ou anticipée (selon leur état de santé mentale et physique, du moins leur inaptitude professionnelle), d’où l’importance de cette interrogation : la rupture, credo de la politique du président Faustin Archange Touadera est-elle en phase de commencement ?

Si le président Touadera a compris qu’il faut exercer cette rupture au niveau de l’armée pour la refonder profondément et sérieusement, doit-elle se limiter qu’au domaine militaire ? Sinon, quels autres domaines de la vie étatique ou de service public cette rupture doit-elle encore être appliquée ?

Nous pensons que le président Touadera a encore quelques 2 ans et demi pour marquer les esprits dans sa politique de rupture pour espérer gagner à nouveau la confiance de sa population au prochain rendez-vous électoral. Pour ce faire, nous lui conseillerons d’accorder une attention particulière dans les domaines de finances publiques, de la fiscalité, de la justice et de l’économie en vue d’engager des reformes nécessaires qui porteront sur les ressources humaines, les compétences et les nouvelles techniques d’administration et de gestion. Mais le plus, dans son entourage politique, il a intérêt à remercier certains anciens qui n’ont plus leur place dans la vie politique de ce pays pour laisser place à la génération fraîche qui sera à même de l’aider à la réussite de sa politique à travers de nouvelles idées et pratiques.

Notre rôle, par le biais de nos chroniques, c’est de, non seulement critiquer défavorablement certaines situations, mais aussi d’apprécier positivement d’autres au bénéfice de la renaissance nationale. C’est aussi cela le rôle de la société civile voire d’un contre-pouvoir que nous sommes.

Longue vie à la république et que les années qui viennent lui génèrent de la réussite dans toutes ses reformes.

William Dehou, Juriste chroniqueur, Nantes le 22 février 2018

 

 

 

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

Rdc:Un membre des Nations unies contaminé d’Ebola à Beni

MONUSCO/Alain Coulibaly Centre de traitement Ebola de l’hôpital de Beni...

Afrique: Les Ivoiriens aux urnes pour des municipales et des régionales

Les Ivoiriens ont commencé à voter samedi à des élections municipales e...

ELIM CAN 2019 : LA CÔTE D’IVOIRE CONFIRME SA BONNE FORME

La Côte d’Ivoire s’est  imposée chez elle, face à la Centrafrique (...

%d blogueurs aiment cette page :