Home 10 a la une 10 Premières prises», quatre films de jeunes cinéastes centrafricains à Paris

Premières prises», quatre films de jeunes cinéastes centrafricains à Paris

Share Button

Mbi na mo, Toi et Moi, de Rafiki Fariala, l’un des quatre films montrés lors de la soirée « Centrafrique, premières prises » au cinéma Louxor, Paris. Ateliers Varan / Rafiki Fariala

Le Louxor, salle de cinéma du 10e arrondissement de Paris, accueille ce lundi 28 janvier une soirée nommée « Centrafrique, premières prises ». Dans cette salle classée Art et Essai seront projetés quatre courts métrages centrafricains réalisés à l’automne 2017 dans le cadre d’un atelier de formation à la réalisation de films documentaires.

L’un raconte en images la vie quotidienne d’un jeune couple en attente d’un bébé à Bangui… Un autre filme la reconversion d’un milicien anti-balaka. Tandis qu’une troisième a posé sa caméra dans une chambre d’hôpital à Bangui auprès de femmes blessées…

Quatre des dix courts métrages réalisés en Centrafrique à l’automne 2017 par de jeunes réalisateurs – qui n’avaient jusque-là jamais tenu une caméra – seront projetés ce soir au cinéma Le Louxor. C’est le fruit d’un stage organisé à Bangui, par les Ateliers Varan et le réalisateur Boris Lojkine :

« Ils racontent quelque chose qui n’a jamais été raconté, un pays qui n’a jamais été montré. La Centrafrique a toujours été filmée étant en crise, par des étrangers, sous l’angle des événements, la tragédie, des morts… Ce pays n’a jamais été filmé de l’intérieur, par les gens qui y vivent, qui pourraient raconter leurs voisins, leurs amis, leurs parents. Et cela change tout.

Moi, ce qui me touche beaucoup, c’est le mélange à la fois entre ce qui apparait entre extrême pauvreté du pays, le fait que tout le monde vit avec très peu de choses. Tout est très difficile et en même temps – on voit cela dans plusieurs films – il y a beaucoup d’énergie, de force de ces gens, d’humour même, que je trouve absolument merveilleux. »

Plusieurs de ces films ont d’ailleurs été sélectionnés dans des festivals. Dernier en date : Mbi na Mo, Toi et Moi, signé Rafiki Fariala, était présenté au Festival international du documentaire à Biarritz ces jours-ci.

FIPADOC: AVEC RAFIKI FARIALA EN MOTO-TAXI À BANGUI (RCA)
► Centrafrique, premières prises, la projection des  quatre courts métrages centrafricains sera suivie d’une rencontre avec Rafiki Fariala et Boris Lojkine. Cinéma Le Louxor, Paris, lundi 28 janvier, à 20h.

 

RFI

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

France: Si les manifestations sont ignorées en France, la nouvelle vague sera «sans précédent»

Indépendance de la politique française, crise des Gilets jaunes et risque...

HI-TECH: Certains Boeing 737 Max auraient un autre problème défaut majeur

Au moins trois compagnies aériennes ont dû effectuer des inspections sur ...

Une jeune femme brûlée vive au Bangladesh sur ordre du directeur de son école

L’émotion était grande, vendredi au Bangladesh, après le décès d’u...

%d blogueurs aiment cette page :