Home 10 a la une 10 Un fonds de la CPI pour les victimes des milices de Jean-Pierre Bemba en Centrafrique
epa01787839 Congolese politician Jean-Pierre Bemba leaves the church after the funeral ceremony of his father, Congolese businessman and senator Jeannot Bemba Saolona in Brussels, 08 July 2009. Bemba Saolona died last week at the age of 67. His son, Jean-Pierre Bemba, is emprisoned in The Hague, awaiting his trial before the International Tribunal. He received special permission to attend the funeral. EPA/HERWIG VERGULT BELGIUM OUT BELGA/VERGULT

Un fonds de la CPI pour les victimes des milices de Jean-Pierre Bemba en Centrafrique

Share Button

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé le lancement d’un programme d’assistance d’un million d’euros pour les victimes centrafricaines des miliciens de Jean-Pierre Bemba, a indiqué mercredi le chef de bureau de la CPI en Centrafrique.

« Les juges n’ont pas ignoré les crimes graves commis en Centrafrique entre 2002 et 2003 », a indiqué Mike P.J. Cole, chef de bureau de la CPI dans le pays, lors d’une conférence de presse à Bangui.

Ce programme d’assistance en Centrafrique – qui fait partie du programme du Fonds au profit des victimes (FPV), un organe de la CPI – avait initialement été annoncé en 2013.

Mais son lancement avait été « suspendu et finalement annulé » en raison de la situation sécuritaire, selon un communiqué du FPV, qui indique mercredi vouloir « accélérer son (nouveau) lancement ».

Mardi, l’ancien chef de guerre congolais Jean-Pierre Bemba a été libéré de la CPI, après avoir été acquitté en appel, à la surprise générale, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Entre octobre 2002 et mars 2003, appelés à la rescousse par le président centrafricain Ange-Félix Patassé pour contrecarrer la tentative de coup d’Etat lancée par le général (et futur président) François Bozizé, les miliciens « banyamulenge » de Jean Pierre Bemba se sont livrés, sans retenue et pendant plus d’un mois, à de terribles exactions dans la capitale centrafricaine.

« Vous n’êtes pas oubliées. Les préjudices que vous avez subis sont reconnus et appellent de toutes urgence une réponse significative », a indiqué le FPV mercredi.

« Le programme d’assistance sera assuré sous forme de réhabilitation physique et psychologique, ainsi que de soutien matériel, au profit des victimes et de leurs familles », a-t-il ajouté.

Présente mercredi à Bangui, l’avocate des victimes des « banyamulenge » à la CPI, Marie-Edith Douzima, a indiqué « se poser des questions sur » la décision de la CPI. « Est-ce que c’est la politique qui est derrière? », s’est-elle interrogée.

Ancien riche homme d’affaires devenu chef de guerre puis vice-président de la République démocratique du Congo, Jean-Pierre Bemba avait été condamné en première instance en 2016 à 18 ans de prison, la peine la plus lourde jamais imposée par la CPI, pour les meurtres, viols et pillages commis en Centrafrique par sa milice entre octobre 2002 et mars 2003.

Remis en liberté provisoire sous conditions spécifiques mardi, M. Bemba devrait rejoindre son épouse et ses cinq enfants installés en Belgique, selon ses avocats.

 

Avec AFP

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

SPORT: L’INTERNATIONAL CENTRAFRICAIN WEGSCHEIDER ET LA NBA ACADEMY AFRICA ÉCRASENT LE TOURNOI DE BUDAPEST

Les pensionnaires de la NBA Academy Africa ont remporté leur quatre match...

Centrafrique : Macron et Poutine en visite séparée à Bangui : Qui des deux ravira la vedette ?

Décidemment cette fin du mois de novembre 2018 ne manquera pas de laisser ...

Diplomatie: Le président Touadera a commémoré l’armistice aux côtes de 70 chefs d’état et de gouvernement du monde.

Le Président de la République Son Excellence Professeur Faustin Archange ...

%d blogueurs aiment cette page :