Home 10 a la une 10 ENERCA : « il y’a un problème de déficit de capacité qui n’a évolué», Thierry-Patient Bendima

ENERCA : « il y’a un problème de déficit de capacité qui n’a évolué», Thierry-Patient Bendima

Share Button

L’Energie Centrafricaine unique société de distribution d’énergie en Centrafrique dispose deux grands centres hydro-électriques à savoir : Boali 1 et 2. Mais ces deniers temps, Celle-ci ne cesse de se confronter à des difficultés techniques, qui bouleversent son fonctionnement, ces derniers temps.

Thierry Patient Bendima bonjour. Ces derniers temps, la population de Bangui se plaint à cause du dysfonctionnement de ENERCA, citons entre autre les délestages intempestifs dans certains arrondissements. A quoi cela est-il du ?

C’est une situation qui dure bientôt deux (2) semaines, fin janvier début février, nous avons connu une hausse de température assez particulière. Non seulement d’augmenter les niveaux de perte sur nos réseaux. Mais aussi de créer des dysfonctionnements sur notre réseaux de transport et de distribution et c’est dans cette période que nous avons enregistré beaucoup de chutes d’arbres sur nos lignes, couper par des hommes. Nous avons aussi les travaux de Boali qui se font dans la ville, touchant nos réseaux et créent des interruptions. Au-delà de ça, il y’a des montées de charges assez importantes et cela perturbes le programme de délestage qui est mis en place pour fournir l’électricité à nos divers abonnés. Les éléments qui caractérisent les interruptions et qui se transforment en délestage. Mais on fait de notre mieux pour que les interruptions puissent durées le moins possible et le rétablissement puissent se faire dans des délais raisonnable.

Comment faire pour palier le problème ?

C’est un problème de capacité de production, la meilleure solution c’est qu’on puisse avoir une meilleure capacité de production qui s’ajoute pour mieux satisfaire la demande.

Quelle est la source du programme de huit heures qui est mise en place, il y’a deux (2) ans et qui n’est pas respecté ?

Il y’a de cela deux (2) ans qu’un programme de huit heures a été mis en place et ce programme n’a pas été respecté. C’est pour rappeler à nos clients que ce programme de huit heures date de 2 ans, la demande d’électricité a augmenté mais la capacité de production n’a pas bougée. La conséquence c’est que la durée de la fourniture a indirectement commencé à baisser et je pense que cela s’est observé déjà vers fin 2016, mi 2017. Mais avec l’appui de la BAD nous avons eu du carburant pour compléter la production de Boali. Malheureusement ce concours tire à sa fin dans un ou deux mois nous allons épuiser ce concours et ça sera une période de forte chaleur. Nous somme en discutions aujourd’hui avec le gouvernement pour voir dans quelle mesure, on peut prendre afin de compléter l’offre en attendant l’entrée en exploitation. Mais aujourd’hui, il y’a un problème de déficit de capacité qui n’a évoluer depuis plusieurs années. Mais la demande ne s’est pas arrêtée et nous continuons à progresser indirectement. Cela à un incident sur la durée d’alimentation de nos abonnés

Il existe des services de distribution de facture. Mais dans certains arrondissements, le cas par exemple du 8eme ou les abonnées de l’énergie CEMAC reçoivent des factures chaque deux à trois mois. Quelles sont les mesures à prendre pour veiller sur les agents distributeurs ?

Ses agents distributeurs relèvent du service de facturation, c’est-à-dire ce service va dans les quartiers, relève les compteurs, édite les factures et les distribue. Ces dysfonctionnements étaient portés à notre connaissance. Un travail a été mis en place avec les responsables pour voir comment réduire les plaintes de nos clients qui malgré leur bonne volonté, n’ont pas de facture régulièrement, sinon c’est avec beaucoup de retard et parfois les niveaux de facturation sont assez exorbitant. Nous sommes en train de travailler avec la direction commerciale pour corriger ces imperfections et apporter une certaine satisfaction à nos clients. La régularité des niveaux de facture et la qualité en ce qui concerne le niveau d’information qui figure sur toutes les factures doivent être claires et nette pour que les clients n’aient pas à se plaindre de cette activité

Cela n’a pas une répercussion sur la trésorerie de la société ?

Cela a une répercussion sur la trésorerie de la société. Un client qui n’est pas satisfait ne peut pas se présenter au guichet pour payer sa facture et cela à une répercussion sur la performance commerciale en termes de taux de recouvrement et taux d’encaissement. C’est une préoccupation importante, de tout faire pour que chaque client qui reçoit sa facture puisse se reconnaitre et n’est pas à se plaindre et va se présenter au guichet pour honorer son engagement en contrepartie de l’électricité qu’il a consommé à crédit.

Ou en est-on avec le pilonne qui s’est accidentellement endommagé sur la route de Boali.

Cet évènement s’est produit dans la même période où nous avons connu beaucoup de perturbation, effectivement l’équipe de l’ENERCA s’est mobiliser pour réparer ce pilonne. C’est un incident qui a eu des conséquences assez grave. En ce qui concerne la qualité de notre service qui n’était pas tout à fait acceptable avec le pilonne. Il y’a les conséquences de baisse de tension que les clients nous ont signalé et les clients qui sont vers Bimbo ont connu une perturbation. Nous profitons pour demander à nos compatriotes de protéger ces installations même si nous ne parvenons pas à assurer la satisfaction de la demande à 100%. Ce sont les installations très utiles pour l’économie et la vie sociale de notre pays.

En tant que Directeur Général comment envisager vous l’avenir de l’Enerca ?

L’avenir du secteur électrique en Centrafrique est prometteur dans le sens ou la demande en électricité continue d’augmenter chaque jour. Aujourd’hui on fait face à un retard d’investissement dans la production. Ce retard est dû à la situation socio-économique que notre pays traverse depuis plusieurs décennies. Mais avec la volonté des autorités qui ont placé l’électricité parmi les priorités. Il y’ a des investissements qui vont se réaliser. En attendant la mise en place de ces investissements la mission est de mieux gérer ce qui existe aujourd’hui, régler quelques Ecueille qui nous proviennent des plaintes de nos clients. On aura des capacités suffisantes. Nos compatriotes seront connectés comme les habitants d’autre pays et pour le développement économique, c’est avec de l’électricité, les actions importantes sont en cours, réaliser les avancées importantes qui vont calmés nos compatriotes et leur donner la possibilité de s’occuper d’autre chose que de réfléchir sur la question de coupure ou de délestage.

Je vous remercie

C’est à moi de vous remercier Mme la journaliste.

Propos recueillis par Merci Tonine NDIMBELE

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

Le Président de la Commission de l’Union Africaine Mahamat Faki reçu en audience par le Président Touadéra

Bangui, Le Président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Moussa ...

Centrafrique : signes d’apparition d’une épizootie de poisson à Boali

Les pêcheurs de la ville centrafricaine de Boali (ouest) ont signalé des ...

El.CAN 2019 : La Centrafrique menacée de disqualification

La Centrafrique dans l’œil du cyclone. Le pays est sous la menace d’un...

%d blogueurs aiment cette page :