Home 10 a la une 10 Chronique du jour: 2018 arrivé, un artiste centrafricain s’en est allé ; que dirions-nous ?
chronique-bnews

Chronique du jour: 2018 arrivé, un artiste centrafricain s’en est allé ; que dirions-nous ?

Share Button

D’entame, la rédaction beafricanews.com formule ses vœux de santé, de prospérité et de paix à l’endroit de la nation centrafricaine et du monde entier. Elle informe les lecteurs de ce modeste site d’information que les chroniques et articles de la ligne éditoriale reprennent dès aujourd’hui pour cette nouvelle année.

Nous aurions l’amabilité de commencer par le bilan de la gouvernance nationale à divers niveaux en vue de s’assurer des éventuelles avancées et axes de progression dans les processus de la pacification, du développement et de la stabilité politique de la République centrafricaine, notre chère patrie, pendant l’année écoulée. Mais nous avons jugé opportun d’analyser la disparition inconcevable et soudaine d’un de nos valeureux et talentueux compatriote qui s’est donné pour mission d’éduquer, de sensibiliser les populations de son pays, mais aussi de dénoncer les mauvaises pratiques de gouvernance à travers la musique du style hip hop (Rap), en l’occurrence le feu Vey-zo comme son sobriquet d’artiste connu de tous.

La musique, du moins l’art et la culture constituent l’âme du monde. Car, sans les artistes, le monde ou une nation peut être considéré comme un véhicule sans chauffeur. Dans notre chère patrie la RCA, la problématique de la musique et du bien-être des artistes est complexe à aborder en raison des disfonctionnements qui existent ça et là à tous les niveaux depuis bien de décennies.

Aujourd’hui nous sommes tentés d’affirmer, grâce à l’hommage national rendu à cet illustre artiste rappeur Vey-zo, que la solidarité, la paix et la cohésion d’un pays peuvent être apportées par les artistes. Car, cet hommage a été une première dans l’histoire de l’art national de notre ère en ce qu’il a rassemblé la jeunesse du pays qui a pleuré son ‘’Pasteur de la rue’’ en raison des messages qu’il adressait à la nation dans sa musique. Bref, un élan de solidarité entre artistes et entre populations à sauvegarder et pérenniser pour des aventures futures.

Par ailleurs, nombreuses zones d’ombre existent autour de la disparition de cet illustre personnage qu’on pourrait soulever sous forme interrogative : qu’est-ce qui est réellement arrivé à l’artiste pour qu’il soit décédé ? Il a passé quelques jours dans le coma à l’hôpital communautaire, qu’est qui manquait pour son rétablissement ou sa possible évacuation ? De quoi est-il réellement mort suite à cet accident pas encore bien élucidé ? Sachant que les artistes centrafricains n’ont aucune assurance vie ou un système de protection sociale adéquat, pourquoi le gouvernement par le biais du ministère de la culture n’aurait-il pas tenté quelque chose pour sauver l’artiste ?

Autant de questionnements dont les réponses dépendraient de la famille de l’artiste qui a été à son chevet depuis l’accident jusqu’à sa mort pour mettre toute la lumière dont la population a besoin, et ceci, pour se préparer à d’éventuelles situations au futur.

Une chose est certaine, nous nous intéressons à cet artiste et à son décès en guise de reconnaissance et de valeur que nous accordons au monde musical de notre pays. Il n’y a pas longtemps, un illustre artiste français de renommée internationale, Johny Halliday a rendu l’âme. Nous étions surpris de cet hommage national mérité qui lui a été rendu par son pays à commencer par le président de la République française. Vous n’allez pas nous dire que Johny est plus propre dans son passé que notre artiste Vey-zo pour mériter son hommage, mais celui-ci a été national grâce à tout le bien et la joie qu’il a apportés aux gens à travers la musique. Eh bien, c’est exactement le cas de ce jeune de moins 30 ans (Vey-zo) qui a voulu éduquer par son art son peuple et il l’a fait. C’est pourquoi il a été honoré le jour de ses obsèques par ses pairs, le gouvernement et la population.

Nous ne saurions terminer en faisant des propositions pour aider nos artistes à sauvegarder et pérenniser cet élan de solidarité constaté lors des obsèques de leur frère Vey-zo en vue de ne pas toujours attendre que la mort d’un des leurs pour se montrer solidaires.

Ainsi, nous exhortons nos artistes à mettre en place une Fédération Nationale des Artistes Centrafricains (FNAC) en vue de la création par la suite d’un Fonds de solidarité et de promotion culturelle qui va être un mécanisme permanent qui soit à même de venir en aide à un artiste qui se retrouverait dans une situation délicate voire périlleuse au lieu toujours d’attendre le geste du gouvernement ou des particuliers qui est toujours lent, tardif et limité.

Il est de notre devoir patriotique de non seulement commenter, analyser ou critiquer mais aussi de formuler des suggestions pour aider à avancer.

Bonne année à tous et que la paix soit définitive cette année dans notre pays !

William Dehou, juriste chroniqueur Nantes le 11 janvier 2018

 

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

argentine-vs-islande-710x473

COUPE DU MONDE MONDIAL 2018: L’ARGENTINE TENUE EN ÉCHEC PAR L’ISLANDE

Mauvaise entrée en Coupe du monde pour l’Argentine. Grand favori du grou...

France-1

Coupe du monde 2018: France – Australie 2-1

Considérée comme l’une des équipes favorites de la Coupe du Monde Russ...

le-danemark-calme-le-perou-iconsport_icon_spu_160618_93_108,222049

Coupe du monde 2018: Le Danemark calme le Pérou

Mordovia Arena – Saransk Danemark bat Pérou : 1 à 0 But : Poulsen (59e)...

%d blogueurs aiment cette page :