Home 10 a la une 10 Chronique: Après la Russie‚ la Chine va livrer des effets militaires à la Centrafrique à titre de don, quelle lecture peut-on en faire ?

Chronique: Après la Russie‚ la Chine va livrer des effets militaires à la Centrafrique à titre de don, quelle lecture peut-on en faire ?

Share Button

‘’C’est dans des moments difficiles qu’on voit la présence de bons amis’’ dit-on ! La république centrafricaine se retrouve dans cette situation de difficulté notamment sécuritaire depuis décembre 2012, période pendant laquelle la nébuleuse rébellion ‘’Seleka’’ commençait sa musique armée dans les provinces avec des revendications plus ou moins sociopolitiques. De mémoire, elle a réussi à prendre le pouvoir le 24 mars 2013 en chassant le régime du président général François BOZIZE.

Depuis cette date, la RCA se retrouve dans une situation sécuritaire volatile marqué par l’omniprésence et l’omnipotence de groupes armés issus la plupart des cas de l’ex coalition ‘’Seleka’’  qui commettent toute sorte d’exactions sur les populations civiles dans les provinces du pays. Hélas, cette situation déplorable continue et les populations meurtries continuent également d’encaisser.

Cette crise centrafricaine a engendré toute forme d’interventions militaires. Des missions de la MICOPAX (mission de l’institution CEMAC), de l’union africaine, de la France par Sangaris, de l’union européenne par EUFOR aux forces onusiennes, les groupes armés restent maîtres et déterminés à défier l’autorité de l’Etat, mais aussi à maintenir l’instabilité sécuritaire en vue des profits économiques et commerciaux voire politiques.

Lassés, les centrafricains n’ont que leurs Forces nationales (FACA) sur qui ils comptent le plus pour être protégés. La crise a entrainé la déliquescence de cette armée, aujourd’hui, grâce aux partenaires et amis de la RCA notamment l’union européenne et la Russie, cette armée est en phase de formation et redéploiement. Mais une entrave internationale reste à déplorer, l’embargo sur les armes qui pèse sur elle. Grace à un nouvel et ancien ami qui sait être là dans les moments difficiles, la Russie‚ une exemption lui a été concédée par le conseil de sécurité de l’ONU pour fournir à la Centrafrique des effets militaires tant létaux que non létaux.

Pas plus que quelques jours un autre ancien ami‚ celui-ci toujours présent dans des actions de développement et très adulé par le continent noir‚ la Chine‚ a annoncé vouloir faire son entrée dans la danse comme les pas de son allié Russie. Généralement, la Chine n’intervient pas en Afrique dans le cadre militaire, celui-ci se dessine en Centrafrique et laisse soulever la curiosité du citoyen qui ne finit jamais de chercher à savoir à travers ses incessantes interrogations : Qui a pu arriver à convaincre la Chine a désormais pensé ses coopérations dans le domaine militaire envers ses partenaires africains ? Est-ce son allié Russie ou c’est à mettre à l’actif de la diplomatie du régime du président Touadéra ?  Peut-on imaginer un tournant dans les relations internationales entre la RCA et ses partenaires ? Cette fois-ci ça sera la bonne pour une stabilité sécuritaire définitive ? Le pouvoir de Bangui doit-il se méfier sachant que certaines puissances présentes restent toujours malhonnêtes et jalouses du progrès de ce pays ? Les centrafricains en général peuvent se réjouir de ces nouvelles formes de coopération avec des partenaires plus concrets que certains ?

En tout état de cause, les yeux et les têtes restent impatients de suivre l’issue de cette nouvelle donne. La RCA fait face à des agressions multiformes, donc il faut trouver des stratégies multiformes pour leur faire barrage. Le fait de convaincre des russes et chinois qui sont des puissances mondiales de taille dans les domaines économique et militaire, à s’intéresser à ce pays relégué au dernier rang et surtout dans le domaine militaire, ça ne peut que constituer une bonne nouvelle pour la nation centrafricaine qui aspire à une autre vie.

Mais attention, que cela ne devienne une occasion de récupération politique à contre-courant de l’intérêt du peuple. Car, derrière toutes ces choses, il y a des intérêts économiques conséquents en jeu. Que cela profite au peuple désormais.

William Dehou, Juriste chroniqueur, Nantes le 14 juin 2018

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

Rdc:Un membre des Nations unies contaminé d’Ebola à Beni

MONUSCO/Alain Coulibaly Centre de traitement Ebola de l’hôpital de Beni...

Afrique: Les Ivoiriens aux urnes pour des municipales et des régionales

Les Ivoiriens ont commencé à voter samedi à des élections municipales e...

ELIM CAN 2019 : LA CÔTE D’IVOIRE CONFIRME SA BONNE FORME

La Côte d’Ivoire s’est  imposée chez elle, face à la Centrafrique (...

%d blogueurs aiment cette page :