Home 10 a la une 10 BRESIL: Lula bientôt en prison ? La Cour suprême du Brésil se réunit

BRESIL: Lula bientôt en prison ? La Cour suprême du Brésil se réunit

Share Button
L’ancien président du Brésil , Luiz Inacio Lula da Silva, le 22 février 2018 à Sao Paulo afp.com – Miguel SCHINCARI

Ira-t-il ou non en prison avant que tous les recours après sa lourde condamnation pour corruption n’aient été épuisés ? La Cour suprême a commencé à siéger jeudi afin de prendre une décision cruciale pour l’ex-président brésilien Lula.

Les 11 juges ont commencé à étudier le cas de Luiz Inacio Lula da Silva en début d’après-midi tandis que quelque 150 manifestants arborant des affiches « Lula libre » s’étaient massés devant la Cour à Brasilia, à l’appel de sa formation de gauche, le Parti des Travailleurs (PT), faisant face à une trentaine d’opposants à Lula.

La décision de la juridiction suprême concernant la figure emblématique de la gauche brésilienne aura un impact également sur la présidentielle d’octobre, pour laquelle Lula, s’il peut concourir, reste le grand favori.

Les juges peuvent en effet accorder un « habeas corpus » qui permettrait à Lula de rester en liberté tant que le dernier des nombreux recours possibles contre sa condamnation à 12 ans et un mois de prison n’aura pas été épuisé. Cela pourrait durer des mois, voire plusieurs années.

Si en revanche la Cour suprême – dont les débats sont retransmis en direct à la télévision – tranche en sa défaveur, il sera probablement très proche de la prison dès la semaine prochaine.

Saisi sur la même question, le Tribunal suprême de Justice (STJ, de troisième instance) avait déjà tranché en défaveur de Lula, refusant de lui accorder un « habeas corpus ».

Lula a été condamné en appel en janvier pour corruption et blanchiment d’argent, après avoir été reconnu coupable d’avoir accepté un triplex en bord de mer de la part d’une entreprise de BTP impliquée dans le gigantesque scandale autour du groupe public Petrobras. Ce qu’il a toujours farouchement nié.

L’audience de la Cour suprême n’a été annoncée que mercredi, à la surprise générale, par sa présidente Carmen Lucia. Celle-ci a apparemment subi des pressions de la part de certains des juges de sa juridiction, mais aussi de juristes et de ministres, au nom du principe général de la « présomption d’innocence ».

« Il ne va pas aller en prison, il va se défendre en restant libre, c’est le plus probable », a prédit auprès de l’AFP le constitutionnaliste Michael Mohallem, de la Fondation Getulio Vargas.

Mais dans ce dossier extrêmement technique, la majorité des juristes estime que Lula, libre ou pas, sera déclaré inéligible pour le scrutin d’octobre. Cette décision incombe in fine à la justice électorale, qui tranchera en août.

– « Demandes d’éclaircissements » –

Complication supplémentaire, la situation de Lula se trouve aussi entre les mains du tribunal de deuxième instance de Porto Alegre (TRF4).

Ce tribunal, qui avait non seulement confirmé sa culpabilité mais alourdi de plus de trois ans sa peine de prison ferme, doit de nouveau statuer lundi prochain sur un recours introduit par la défense de Lula concernant des « demandes d’éclaircissements ».

Si les trois juges de Porto Alegre (sud) rejettent ce recours, l’ancien président de 72 ans aux deux mandats (2003-2010) pourrait être incarcéré après la publication du jugement, soit dès le début de la semaine prochaine.

Mais si d’ici là la Cour suprême a rendu un avis permettant à Lula de rester libre, cette menace sera caduque.

Plus combatif que jamais et déterminé à lutter contre un « complot » pour l’empêcher de se représenter, le leader du Parti des travailleurs (PT) continue ces jours-ci de battre les estrades et de réunir ses partisans dans le sud du Brésil.

Sa campagne électorale doit se terminer le 28 mars à Curitiba. Lundi, au moment du jugement du TRF4, il devrait se trouver à Foz de Iguazu, à la frontière avec l’Argentine et le Paraguay – si le programme prévu est respecté.

A sept mois de la présidentielle, Lula est crédité de quelque 35%¨des intentions de vote, tout en restant un personnage qui divise fortement les Brésiliens.

Il n’est pas rare de voir des manifestants en marge de ses meetings brandir des marionnettes figurant Lula – poursuivi par ailleurs dans une demi-douzaine d’autres affaires, essentiellement de corruption – en uniforme rayé de prisonnier, dans un pays où la population est écoeurée par les scandales au sein de la classe politique.

Tout candidat doit se déclarer officiellement avant le 15 août pour la présidentielle, la plus incertaine de l’Histoire moderne du Brésil.

Facebook Comments
Share Button

A propos admininfo

Check Also

Elim.CAN 2019: Nul entre Rwanda et Centrafrique, la Guinée qualifiée

Sans jouer, la Guinée se qualifie pour la CAN 2019. Ceci, grâce au match ...

Centrafrique : Le domicile du chef milicien du PK5 Nyméri alias FORCE détruit par un drone

C’est dans cette nuit du 16 au 17 novembre 2018 que la maison du chef …...

Union africaine : ouverture du sommet extraordinaire sur la réforme de l’institution

Le sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur la réforme instit...

%d blogueurs aiment cette page :